Mars 2013

 

S’Wort vum Wackes vu d’r Schussgàssa

 

« E Friahjohr fer unsra Sproch : millésime  2013 » 

et…  15 nouveaux  sites  bilingues à Mulhouse !

En ce début d’année 2013, 15 nouvelles rues et places de Mulhouse ont bénéficié d’une mise en place d’une signalétique bilingue, s’égrenant dans plusieurs quartiers périphériques du centre ville. Vous pouvez les découvrir ci-après. Cette récente mise en place porte à 135  le nombre actuel de rues et places bilingues. Et le programme continue, avec un rythme d’une vingtaine par an. Une quarantaine de dénominations, proposées par les habitants via les Conseils de quartier, sont actuellement en instruction par le pôle voire de la ville, pour une mise en place prévue fin 2013 et début 2014.

Voici les 15 nouvelles rues mulhousiennes devenues bilingues en ce début 2013 :

 

Autre bonne nouvelle, vous pouvez découvrir votre site internet préféré consacré au bilinguisme à Mulhouse, dans un tout nouvel écrin : plus moderne, plus convivial, résolument tendance, avec une navigation améliorée et une toute nouvelle rubrique, consacrée globalement, au delà de la signalétique, à la langue et à la culture régionale dans notre bonne ville de Mulhouse. N’hésitez pas à nous faire part de vos observations et suggestions.

Bonne navigation un  bis zum nachsta Mol
Patrick

Novembre 2011

Mise en place d’un signalétique piétonne bilingue à Mulhouse

Étape importante dans le développement de la signalétique bilingue à Mulhouse, la ville est en train d’installer dans son “Grand Centre”, en cette fin d ‘année 2011, des panneaux directionnels à l’attention des piétons et des cyclistes. Or ces panneaux -et c’est une réelle innovation- sont désormais bilingues, français/allemand (Hochdeutsch). Ainsi, petit à petit, la langue régionale a droit de “Cité” et s’affiche sans complexe dans l’espace public mulhousien, et ceci sous ces deux composantes : dialecte mulhousien (Milhüserditsch) et allemand littéraire (Hochdeutsch). C’est suffisamment remarquable pour être souligné et une nouvelle fois, Mulhouse s’avère réellement pionnière en la matière en Alsace !

Mulhouse compte par ailleurs actuellement 114 rues bilingues (français/alsacien) et plusieurs dizaines d’autres rues devraient suivre dans les toutes prochaines années. Divers conseils de quartiers ont planché sur la question et ont fait des propositions à la Municipalité en ce sens. De nouvelles plaques de rues bilingues devraient donc fleurir prochainement dans les quartiers Rebberg, Nordfeld, Brustlein et Doller.

Enfin, vous l’aurez remarqué, s’esch boll Wihnàchta et notre marché de Noël vient d’ouvrir ses portes. Issu de la tradition industrielle de Mulhouse (capitale du textile, au 19 ème siècle), il s’agit d’un marché très particulier, axé corrélativement sur les “étoffes de Noël”. Là aussi, Mulhouse a fait des efforts en terme de signalétique bilingue, puisque les panneaux annonçant ce marché en entrée de ville, affichent fièrement l’appellation bilingue : “les étoffes de Noël/Weihnachsstoffe”, et ceci avec des caractères de taille strictement identique ! On ne pouvait mieux faire dans ce registre de reconnaissance et de valorisation des deux langues fondamentales de notre ville : le français, langue nationale et l’allemand, langue régionale (sous ses deux composante, dialecte alsacien et allemand “standart”). .

Bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous et rendez-vous en 2012 pour de nombreuses nouveautés en matière de signalétique bilingue à Mulhouse. Schöne Bescherung und fröhliche Weihnachten an alle !!

Mars 2011

A Mulhouse également, après un long hiver de près de 50 années, nous vivons actuellement un réel “printemps pour notre langue”…

Mulhouse vient à ce titre d’être distinguée par l’association “E Friejohr fer unsri Sproch” qui fonctionne sous le patronage de l’OLCA (Office pour la Langue et la culture alsacienne) et par répercussion de la Région Alsace.

Ce prix, se traduisant par un Schwalmala (une “hirondelle”) qui annonce ce printemps, récompense les efforts déployés par la ville de Mulhouse, notamment en 2010, en faveur de la promotion de la langue et de la culture régionale.

Vous découvrirez sur ce site le laudatio de Bernard Beck, de l’Ami hebdo, grand ordonnateur du “Friejohr” (voir la vidéo), lors de la remise de ce prix à Denis Rambaud, Premier-Adjoint et à Evelyne Troxler, chargée de mission “LCR” à la Ville de Mulhouse et ceci par Philippe Richert, Président du Conseil régional le 19 mars dernier.

A cette occasion, deux panneaux symboliques, portant l’inscription “Mìr rede au Elsässisch” ont été offerts à la ville. Ils iront agrémenter deux entrées de ville.

Parallèlement, le 23 mars dernier, le Maire de Mulhouse, Jean Rottner a inauguré la première plaque bilingue du programme 2011 et marqué à cette occasion l’anniversaire de la pose de la première plaque à Mulhouse, le 23 mars 1991; opération initiée à l’époque par Evelyne Troxler. Début 2011, 8 nouvelles rues sont devenues bilingues, portant leur total à 114 à Mulhouse. Vous pourrez les découvrir sur ce site.

Vous pourrez également visionner sur ce site photos et vidéos (dont le reportage de France 3 Haute Alsace du même jour) de cette manifestation et notamment le discours très volontaire du Maire, Jean Rottner, et sa version alsacienne, portée avec brio (c’est qui ?) par Evelyne Troxler.

Mulhouse, ville monde, ville cosmopolite, ville multiculturelle, mais également ville alsacienne, n’oublie pas sa langue et culture régionale qui a droit de “Cité” (dans tous les sens du terme) dans cette ville, aux cotés des autres langues et cultures, (avec bien évidemment la langue et la culture française comme dénominateur commun de l’ensemble des communautés qui vivent dans cette ville). Les “Alsaciens de souche”, bien que minoritaires aujourd’hui à Mulhouse, seront d’autant plus ouverts aux autres communautés qu’ils sentiront reconnue et valorisée leur propre culture. Il n y a pas lieu de les opposer ; bien au contraire, elles peuvent fonctionner en osmose, en synergie, au grand bénéfice final du dynamisme de notre ville.

Comme l’a annoncé le Maire, Jean Rottner, la Ville de Mulhouse a réellement l’ambition de poursuivre la promotion de cette langue et culture régionale, d’en faire un patrimoine partagée par tous les mulhousiens qui s’y intéresseront. Il y va de la cohésion, de l’intérêt général, du rayonnement de cette ville et de l’épanouissement humain et professionnel de ses habitants.

A Mulhouse, c’est le printemps pour notre langue (régionale), dans la perspective bientôt d’un bel été…

et voici les 8 premières rues bilingues du programme 2011 ; les nominées sont : (quelle est votre préférée ?)

Novembre 2010


Rétrospective 2010 et perspectives 2011

L’année qui s’achève dans les tourmentes de neige, les congères et les frimas, a été riche d”évènements pour ce qui concerne la langue et la culture régionale à Mulhouse. Jugez-en vous même, avec notamment :

– l’ouverture de 3 nouvelles classes bilingues lors de la rentre 2010 (école maternelle Zuber -1 classe- et Plein ciel -2 classes-)
– la mise en place de panneaux bilingues marquant les entrées de ville
– la mise en place de plaques bilingues dans 20 nouvelles rues de Mulhouse
– une concertation de 5 conseils de quartier supplémentaires en vue de la mise en place de nouvelles plaques bilingues
– la réalisation d’un jalonnement bilingues des parkings de Mulhouse.

Cet encourageant bilan incite à nous projeter dans l’avenir et à entrevoir pour 2011 la poursuite de la dynamique de promotion de la langue et de la culture régionale, voulue par la Municipalité de Mulhouse. Quelles perspectives ? Dressons quelques pistes… Que nous annonce donc la boule de cristal d’Emma ?

– le rythme de mise en place de plaques bilingues devrait se maintenir, avec une vingtaine de nouvelles rues et places, tel que vient de le confirmer le Premier-Adjoint, Denis Rambaud, dans son point de vue mise en ligne ce mois-ci
– la réalisation d’un mur dédié au bilinguisme. Idée lancée par Jean Rottner, maire de Mulhouse, fervent promoteur de la langue et de culture régionale, le dossier suit son cours.
– la mise en place d’une signalétique piétonne bilingue. Le principe du bilinguisme français/allemand a été intégré dans le cahier des charges de ce projet également en cours d’instruction
– l’ouverture d’au moins deux nouveaux sites bilingues. Les réunions d’informations organisées par l’Education nationale à l’attention des parents d’élèves ont été cette année particulièrement courues, témoignant de l’intérêt, voire d’un réel engouement des Mulhousiens pour le bilinguisme.

L’objectif a terme est, à cet égard, selon les propos mêmes du Maire Jean Rottner et de son adjointe à l’enseignement, Chantal Risser, d’assurer le plus rapidement possible un maillage en sites bilingues des 9 pôles mulhousiens (autour desquels s’articulent les écoles maternelles). Rappelons qu’à ce jour Mulhouse bénéficie de 6 sites bilingues publics (sur uen quarantaine, auquels s’ajoutent 1 site privé (Jeanne d’Arc) et 1 site “associatif” (ABCM).

Certains esprits chagrins vont nous objecter que nous croyons encore au Père Noël… Mais c’est de saison, non ? En tout cas, la volonté politique des édiles Mulhousiens est désormais patente dans ce domaine, les inévitables obstacles étant faits, par définition même, pour être surmontés. Gageons sur une rapide traduction dans les faits de ces belles intentions et de ces non moins emblématiques projets. Verdit dans un an…

D’ici là, joyeux Noël, fröhliche Weihnachten und alles güeta fer’s Neijohr

Decembre 2007

S’esch boll Wiehnàchta,
c’est bientôt Noël
Es ist bald Weihnachten !!!

Nous allons donc bientôt fêter la naissance de l’enfant Jésus, celui qui ensuite accomplit des miracles, (on ne vous apprend rien), tels que la multiplication des pains… Tiens, il serait d’ailleurs bien inspiré, le petit Jésus, de refaire un petit tour en notre bas monde, afin de multiplier nos… plaques bilingues à Mulhouse !

Certes, la Municipalité nous annonce bien 8 nouvelles rues dans le quartier Cité-Briand au printemps, ainsi qu’une plaque bilingue au niveau du nouveau pont de la Fonderie… et c’est (presque) un miracle. Acceptons en l’augure et attendons encore un peu, car tel Saint Thomas, nous sommes enclins à ne croire que ce que nous voyons.

A terme, il serait à cet égard hautement souhaitable que les plaques bilingues essaiment dans l’ensemble des quartiers mulhousiens ; tel pourrait être un bel objectif pour la nouvelle municipalité qui sera aux affaires en 2008, non ?

Et puisque nous sommes dans le registre des miracles, si on se projetait dans un avenir (relativement) lointain – c’est du moins le plus grand mal qu’on lui souhaite- ? Voici, ci-dessous, prémonitoire, une plaque qui pourrait orner un jour une place de Mulhouse. Cette plaque existe déjà bel et bien : elle fut dévoilée la semaine dernière, vendredi 14 décembre, par André Heckedorn lors de la présentation officielle, par son fait, du fabuleux ouvrage sur les “rues de Mulhouse”. NB : La couverture de ce livre dont il fut la cheville ouvrière et le coordinateur de l’équipe de rédaction, figure à gauche de votre écran. Il comporte par ailleurs toutes les photos des 60 (!) rues bilingues de Mulhouse.

Affichant le nom du Maire de Mulhouse, actuel secrétaire d’Etat… à la francophonie, (sacré clin d’oeil !) la plaque “Jean-Marie Bockel Platz” (bien sur corroborée par le mot “place” ) constitue un fort bel hommage à l’ambition bilingue de notre ville et de notre région, ce que celui-ci a d’ailleurs souligné face à une assistance conquise et … enthousiaste. Une “Place Jean-Marie Bockel – Platz“, même s’il s’agit (pour l’heure) encore d’une galéjade, qui aurait osé ce “coup” il y a seulement 10 ans ? Cela signifie assurément que les mentalités évoluent positivement en Alsace et que les Mulhousiens affichent désormais une réelle et heureuse décomplexion dans ce domaine.

Merci au presque 15 000 (!) visiteurs de ce site, depuis sa création il y a un peu plus d’un an,
A scheni Wiehnàchta, und e güter Rutsch…
Joyeux Noël et bons baisers de Mulhouse de France
et viva 2008

Janvier 2008

dimanche 13 janvier 2008 18:34

BONNE ANNEE 2008. FROHES NEUES JAHR 2008.

L’année 2008 (serait-ce la proximité des élections municipales  commence fort bien à Mulhouse, puisque notre ville peut s’enorgueillir depuis peu de 4 nouvelles rues bilingues (dans le quartier Cité-Briand, suite à une demande en ce sens du Conseil de quartier). Il s’agit en l’occurrence des rues du brochet, de l’aigle, du cerf et du traineau. Vous trouverez des photos de ces nouvelles plaques dans la rubrique “Mulhouse tout en images”.

Mulhouse compte désormais 65 rues et lieux bilingues (sur environ 900). Espérons que la nouvelle Municipalité, aux affaires à partir de mars 2008, fasse preuve d’ambition et de détermination pour que petit à petit les plaques bilingues essaiment dans tous les quartiers de Mulhouse. En tout cas, elles bénéficient aujourd’hui d’un réel consensus politique, et, on peut le dire, d’un véritable engouement de la part tant des Mulhousiens que des touristes. Alors pourquoi la signalétique bilingue ne deviendrait-elle pas progressivement la “norme” en la matière ?

Par ailleurs, politiquement le mystère demeure entier quant à la personne qui s’occupera ä partir de mars de la langue et de la culture régionale au sein de la nouvelle municipalité…

Notre site s’enrichit quant à lui d’une nouvelle rubrique ” dessins “, consacrée à la présence de la langue régionale dans la sphère privée. Le très sympathique restaurant “aux caves du Vieux couvent”, rue du couvent, inaugure cette nouvelle rubrique, car on y trouve de très belles fresques que nous vous invitons à découvrir. Un bel exemple pour les autres restaurants de Mulhouse…

Enfin, début d’année, notre site a franchi la barre des 15 000 visiteurs !!! Vilmol merci à tous pour votre intérêt et votre fidélité et n’hésitez pas à venir régulièrement nous rendre visite, il y a toujours des nouveautés à découvrir… et à nous laisser un petit mot dans notre blog …

Novembre 2007

Dernière heure !! Le Conseil municipal de Mulhouse, réuni le 19 novembre, a décidé d’apposer une plaque bilingue au niveau du “pont de la fonderie”, franchissant le canal du Rhône et Rhin. Cet ouvrage amorce, au niveau de la nouvelle fac des sciences économiques et sociales, la nouvelle “voie sud” desservant la gare et complétant le ring de Mulhouse… Une décision prise par la Municipalité, “parce que cela répond à une demande” illustre le Premier Adjoint Eugène Riedweg qui présenta le rapport afférent. S’il suffit de demander…

_______________________________

Veuillez découvrir en ce mois de novembre 2007 (toujours lumineux…) une nouveauté très intéressante sur note site, en l’occurrence le point de vue (très pointu également en langue française, prévoyez éventuellement un dictionnaire de Marie-Claire Vitoux, Présidente de Conseil consultatif du patrimoine mulhousien. De plus, un tel sourire qui illumine la galerie des portraits, cela ne gâche rien, bien au contraire…

Au demeurant, juste une petite remarque sur l’allusion de Marie-Claire Vitoux quant à la “germanisation” de l’Alsace. Certes, les langues -bien qu’intrinsèquement innocentes- sont leviers de pouvoir pour différents nationalismes. Certes, il y eut notamment à l’époque du “Reichsland Elsass- Lothingen” (1870-1918) une politique de germanisation dans une Alsace devenue quand même “officiellement” allemande, avec pour “langue officielle” l’allemand…

D’un autre coté, s’il y eut “germanisation” à partir de 1870, c’est qu’il y a eu d’abord auparavant diverses campagnes de …”francisation” sous divers régimes français, la langue originelle (enfin depuis la venue des allamands vers le 7ème siècle) et par voie de conséquence la toponymie étant en Alsace largement… de langue allemande (il suffit aujourd’hui encore de jeter un coup d’oeil dans le cadastre…). Ensuite, le 2ème empire allemand (à la différence notable du 3ème Reich.. et de divers régimes français…) s’est montré globalement plutôt tolérant -en dehors des périodes de crises, tel que le 1er conflit mondial-, envers l’Alsace. Les enclaves romanes francophones d’Alsace bénéficiaient alors d’un début de scolarisation en français, avant de passer plus ou moins vite à l’allemand. et de devenir par voie de conséquence bilingues.

Zone de contact -hélas parfois de conflits- entre deux Etats nations, entre deux sphères d’influences culturelles, l’Alsace a toujours connu (à des degrés divers, en fonction des périodes) des mouvements (plus ou moins) francophiles (souvent fortement valorisés) et (plus ou moins) germanophiles (souvent fortement minorés) par l’histoire officielle, science difficilement parfaitement objective. Ainsi, dans les livres d’histoire français, l’on constate au passage que si l’Allemagne passe son temps à “annexer”, la France par contre a la délicatesse de “rattacher” ou de “réunir” … On a des exemples très proches géographiquement …

Les “ultra-patriotes français” du registre de Zisslin et de Hansi sont souvent aujourd’hui mis en exergue comme reflétant l’Opinion de l’Alsace d’alors avec un grand “O”… mais au vue des résultats électoraux des mouvements qui leur étaient proches, ces derniers ne représentaient alors qu’une minorité -certes très agissante et quelque part manipulée par des revanchards français – des Alsaciens. Leurs caricatures, souvent féroces, des immigrés allemands s’apparentent de certaines caricatures anti-immigrés des caricaturistes proches de l’extrème-droite …

On est guère éloigné d’un certain racisme, voire plus (ex : le dessin emblématique , signé Hansi, d’une ville alsacienne en 1918 , où l’on voit une vitrine caillassée avec pour inscription : “maison de sale boche”, ce qui se rapproche au passage à des très mauvais souvenirs antisémites de l’Allemagne nazie.. Vous remplaceriez aujourd’hui “boche” par “bougnoul” (désolé des termes péjoratifs utilisés) et vous auriez toutes les associations de lutte contre le racisme sur le dos et sans doute de cinglantes (et justifiées) condamnations… “Comparaison n’est pas raison”, certes, le contexte n’est pas le même non plus, mais y aurait-il en ce bas monde des racismes ou xénophobies incorrectes et d’autres qui seraient acceptables ? Il y a de quoi rester songeur… Enfin, cela devrait nous inciter à relativiser beaucoup de choses, et notamment l’histoire d’une Alsace … qui reste sans doute quelque part à réécrire… alles beschta und güeter Spotjohr

Octobre 2007

Chauffé par la douceur automnale du “Goldener Oktober”, (“l’octobre doré” pour les néophytes…), Mulhouse vit dans la fébrilité d’une grande période pré-électorale qui devrait permettre de renouveler l’équipe aux rênes de la ville… et de donner un nouvel élan à la promotion de la langue et de la culture régionale dans notre bonne cité ? … Avec quel(le) adjoint(e) délégué(e) à la langue et à la culture régionale ? Evelyne Schmitt-Troxler sera-t-elle reconduite dans cette mission ? Ce sacerdoce devrait on dire… Passera-t-elle le relais ? Les paris sont ouverts et le suspens quasi- insupportable…
Mulhouse attend pourtant toujours la réelle “renaissance” (pour reprendre le vocable promu actuellement par la communication de la ville) de sa langue et culture originelles, par notamment la mise en place d’un véritable maillage en sites bilingues (ils sont au nombre de 6 sur un total de 41 à ce jour), afin de démocratiser l’accès à l’enseignement bilingue à tous les parents d’élèves intéressés. Sous réserve bien sûr que la demande soit stimulée, par une sensibilisation objective des parents aux enjeux et atouts de cet enseignement bilingue. Actuellement, il faut reconnaître que les parents sont souvent découragés dans leur velléités sous de bien fallacieux prétextes…
Alors que l’on s’achemine vers une nouvelle édition, du 8 au 16 mars 2008 du “Friehjor fer unsri Sproch” (“un printemps pour notre langue” , pour les néophytes carrément béotiens, là…) , on attend toujours de voir fleurir des plaques bilingues dans l’ensemble des quartiers de Mulhouse, afin de créer un environnement qui soit réellement une émulation au bilinguisme. Toutefois, 8 nouvelles rues “bilingues” sont annoncées pour le printemps 2008 dans le quartier Cité-Briand, suite à une nouvelle mobilisation du conseil de quartier en ce sens lors de sa séance du 9 octobre dernier. Nous y reviendrons dans un prochain édito.

Alles beschta.