mot

Le mot de Guillaume Colombo

 Pour moi qui me considère désormais comme un alsacien d’adoption, l’Alsace m’est apparue comme une région à forte identité, où les traditions sont très présentes, proche de l’Allemagne, empreinte d’humanité rhénane. C’est d’ailleurs ce que recherchent les touristes qui viennent en Alsace. Tout ce qui va dans le sens de l’affirmation de cette identité propre est une bonne chose du point de vue touristique, sous réserve que cela reste authentique et mesuré. C’est le cas par exemple des plaques bilingues de Mulhouse, qui sont une véritable attraction touristique et que nos visiteurs photographient avec avidité. D’un point de vue touristique, elles participent à donner un aspect “différenciant” à l’environnement urbain de Mulhouse et suscite curiosité et intérêt. Etant moi-même germanophone, j’ai très vite compris le sens des plaques en alsacien, qui ont permis ma première familiarisation avec le dialecte. Les premiers mots d’alsacien que j’ai pu apprendre, c’est aux plaques de rues bilingues que je les dois. Les plaques de rues bilingues sont l’un des plus beaux symboles du bilinguisme, elles sont une constituante de l’identité alsacienne et cela me semblerait tout à fait normal que toutes les rues de Mulhouse soient finalement bilingues.

Guillaume Colombo
Directeur de l’Office du Tourisme et des Congrès de Mulhouse et sa région – 2009

Laisser un commentaire