Tonneliers (place des) / Fassbinderplatz

Cette place a été créée à l`occasion de la rénovation de la “Cour des Maréchaux”. Son nom a été inspiré de l`ancienne impasse des Tonneliers (actuel place Dreyfus) où les fabricants et réparateurs de tonneaux c`étaient établis.

Martre (rue de la) / Màrder Stross

Rue créée en même temps que la cité ouvrière du Wolf (1905), à l’époque allemande de la ville, son nom originel (Marderstrasse) fut francisé en 1919. La formule « Màrder Stross » s’avère très proche du Hochdeutsch, la nuance se situant simplement au niveau de l’accent tonique sur le a.

Tanneurs (rue des) / Gàrwergass

La rue des Tanneurs compte parmi les plus anciennes de la ville et doit son nom aux nombreuses tanneries établies le long du ruisselet dit Augustiner- ou Stadtbächlein. Les eaux du ruisselet coulaient alors au milieu de la rue et ce n`est qu`en 1730 qu`un déplacement eut lieu vers la droite le long des maisons. Le pavage de la rue n`a été effectué qu`en 1775.

Cloche (quai de la) / Glockastada

Ce quai situé proche de l`avenue Briand tire son nom de la maison de la cloche. Le nom “Schelle” était donné à une caserne ouvrière qui fût démolie en 1911.

Ile Napoléon (rue de l`) / Rhistressla

Cette voie déjà ancienne, puisqu`elle est déjà référencée en 1710, reliait Mulhouse à l`ancienne voie romaine qui allait de Rixheim à Illzach/Ile Napoléon (d`où son nom français). Prolongée par la suite (1827) jusqu`à Chalampé, elle fut nommé “Rheinsträsslein” par le régime de la restauration qui souhaitait effacer les références à Napoléon. Le nom dialectal rappelle cette anecdote historique.

Prêtres (impasse des) / Pfaffàgàsslà

A l`entrée de la rue Guillaume Tell, s`élevait une maison dite « zum Pfaffeneck » ou coin des prêtres. Divisée en deux au XVIIIe siècle, le nom resta à la maison formant l`angle de l`impasse des prêtres. Le nom de « Pfaffengässlein » paraît pour la première fois le 21 mars 1571 et s`est maintenu dans le patois local jusqu`à nos jours. Il remonte sans doute aux maisons prébendiales de Saint-Erard et de Notre-Dame qui existaient avant la réforme et dans lequel des ecclésiastiques malades ou âgés trouvaient asile.

Fonderie (rue de la) / Giessereistross

C`est aux abords de l`ancienne fonderie de la SACM (Société Alsacienne de Construction Mécanique) que la rue de la fonderie a été créée ces dernières années. Un important projet de rénovation et de modification du bâtiment surnommé “la cathédrale” a conduit à la réalisation de ce nouveau quartier mulhousien.

Augustins (passage des) / Altspitaldurgang

Le passage étroit des Augustins a été percé après 1761 (d’où l’inscription) à travers les jardins de l’ancien hôpital. Il s’appelait primitivement « passage de l’ancien hôpital ». Sa domination de « passage des Augustins » ne date que de 1919 et rappelle l’existence du couvent des ermites de Saint augustin.
Au Moyen-Age, beaucoup d`ermites s`étaient organisés en congrégation selon les directives spirituelles de Saint Augustin. En 1256, le pape Alexandre IV les réunit sous le nom d`ordre des Ermites de Saint Augustin. L`ordre fut définitivement approuvé lors du concile de Lyon en 1274.
Le couvent des Augustins fut sécularisé en 1525 et ses biens transmis à la ville après un accord financier avec le dernier prieur.

Branche (rue de la) / Zwig Stross

Rue créée en 1893 dans les quartiers ouvriers au nord de la ville, sous la dénomination allemande de l’époque de « Zweigstrasse », elle doit ce nom à son caractère de « raccourci » entre la rue Neppert et la rue Buhler. « Zwìg Stross » est la variante en dialecte mulhousien de « Zweigstrasse ».

Brustlein (rue) / Ratzigassla

Le nom dialectal fait référence au surnom « Ratzi » donné aux habitants de ce quartier