• Frêne (rue du) / Ewera Eschpfàd

    Arbre commun de ce secteur très arboré du Reeberg, d`où le nom de la rue qui s`inscrit également sur un ancien sentier de ce quartier vinicole, d`où le nom dialectal, traduction alsacienne de « frêne ».

  • Ile Napoléon (rue de l`) / Rhistressla

    Cette voie déjà ancienne, puisqu`elle est déjà référencée en 1710, reliait Mulhouse à l`ancienne voie romaine qui allait de Rixheim à Illzach/Ile Napoléon (d`où son nom français). Prolongée par la suite (1827) jusqu`à Chalampé, elle fut nommé « Rheinsträsslein » par le régime de la restauration qui souhaitait effacer les références à Napoléon. Le nom dialectal rappelle cette anecdote historique.

  • Aigle (rue du) / Adlerstross

    Rue datant de 1869, comportant un habitat ouvrier typique du XIXéme siècle. A proximité de la cité ouvrière, son nom a sans doute été lié au fait que dans ce quartier de nombreuses rues portent des noms d`animaux.

  • Prêtres (impasse des) / Pfaffàgàsslà

    A l`entrée de la rue Guillaume Tell, s`élevait une maison dite « zum Pfaffeneck » ou coin des prêtres. Divisée en deux au XVIIIe siècle, le nom resta à la maison formant l`angle de l`impasse des prêtres. Le nom de « Pfaffengässlein » paraît pour la première fois le 21 mars 1571 et s`est maintenu dans le patois local jusqu`à nos jours. Il remonte sans doute aux maisons prébendiales de Saint-Erard et de Notre-Dame qui existaient avant la réforme et dans lequel des ecclésiastiques malades ou âgés trouvaient asile.

  • Pasteur (rue) / àm Bollwark

    La rue Louis Pasteur va de la Porte Jeune à la Porte de Bâle et absorbe en 1956 l`ancienne rue des Clefs. C`est en 1944, après les bombardements, qu`elle prend sa forme définitive. Pasteur est resté toute sa vie, viscéralement attaché à l`Alsace et a refusé toute décoration ou honneur, y compris universitaire venant d`Outre Rhin tant que l`Alsace ne serait revenue à la France.

  • Fonderie (rue de la) / Giessereistross

    C`est aux abords de l`ancienne fonderie de la SACM (Société Alsacienne de Construction Mécanique) que la rue de la fonderie a été créée ces dernières années. Un important projet de rénovation et de modification du bâtiment surnommé « la cathédrale » a conduit à la réalisation de ce nouveau quartier mulhousien.

  • Vergers (rue des) / Obstgàssa

    Cette rue structurait un secteur périphérique du vieux Mulhouse, où se concentraient divers arbres fruitiers. D`où le surnom alsacien de « Obstgàssa » que l`on retrouve sur la plaques bilingue.

  • Vosges (rue des) / Vogesablìckgàss

    Son nom fut choisi en 1844 car à l`époque, par-delà les près on voyait parfaitement toutes les montagnes vosgiennes. Ce n`est qu`en 1860, après la construction de la première cité autour de la rue de Strasbourg que la rue prend son allure définitive et est prolongée jusqu`à la rue de la filature.

  • Lefebvre (rue) / Ewigkeit Stross

    Cette longue rue structurante, conduit au cimetière central, d’où son nom d’ « Ewigkeitstrasse » dès 1873, deux ans après sa création en 1871, à la toute fin du Second Empire (avenue du repos au moment de sa création). François Joseph Lefebvre est un maréchal d’empire alsacien de Napoléon I.

  • Hofer (rue Josué) / Nordbàhnof Stross

    Le nom dialectal est le surnom donné par les habitants à cette rue qui jouxte la gare de Nord.