• Hiver (rue de l`) / Wìntergassla

    Dans ce quartier du Nordfeld présentant une toponymie relative à la froide saison, la formule dialectale est la parfaite traduction en alsacien du nom français.

  • Sillon (rue du) / Schorenwag

    Ce chemin typique du Reeberg conduisait à un lieu dit appelé « Schoren » (d`où le nom dialectal), qui désigne en vieil allemand soit un chemin à forte pente, soit un terrain que l`on est obligé de travailler à la houe, car en raison de sa forte déclivité elle ne permet pas l`emploi d`une charrue.

  • Bourg (rue du) / Burggàss

    Cette rue porte de nom de « burg » (château fort en allemand) qui se réfère à celui construit par l`évêque de Strasbourg en 1260 et détruit deux ans plus tard par Rodolphe de Habsbourg. Deux tours subsistent de part en part: la Tour Nessel et la Tour du Diable.

  • Maréchaux (rue des) / Schmidgass

    La rue des Maréchaux « Schmiedgasse » reliait la partie de la ville haute au centre. Elle s`appelait au début du XIVe siècle « Grosshüglin von Dornachgasse » d`après la famille de Dornach dont la cour s`étendait en face de la caserne des pompiers « Werkhof » et qui passa, vers la fin du même siècle aux nobles Zu Rhein. C`est à eux que se rattacha le nom de « ze Rine gasse ». Au début du XVe siècle le nom de « Schmiedgasse , rue des Maréchaux » se rapportait au poêle des maréchaux, occupé par cette tribu depuis la fin du XVe siècle. Cette appellation est restée inchangée jusqu`à nos jours

  • Lucelle (rue de) / Lützelhofgàss

    Lutzelhof était le nom de la cour que possédait l`abbaye de Lucelle dans la république de Mulhouse en 1593. Les abbés de Lucelle avaient droit de bourgeoisie jusqu`en 1798. Leur abbaye cistercienne, fondée en 1123 à Lucelle, était un des centres religieux et culturels des plus importants et des plus riches d`Alsace.

  • Lanterne (rue de la) / Finster Gàsslà

    La construction du nouveau temple en 1858 sur l’emplacement de l’ancienne église entraina la démolition des maisons qui bordaient la rue de la Lanterne (numéro 1 à 13).
    Le nom « Fintersgasse, rue sombre, obscure » appliqué à cette rue n`était pas déplacé, car il s`agissait en réalité d`un passage étroit d`une propreté douteuse. Au XVIIe siècle, la rue fut pavée. On imposa alors aux propriétaires le nettoyage du passe, l`enlèvement du fumier et des fosses d`aisance qui se trouvaient à l`extérieur des maison dont quelques-unes rappellent encore de nos jours par des portes et de fenêtres la Renaissance tardive.

  • Merles (rue des) / Àmsel Gàss

    Rue populaire créée à la fin du Second Empire, elle porta d’emblée ce nom avant de devenir « Amsel Strasse », lors de la conversion en allemand des noms de la ville, en 1882, à l’époque du « Reichsland Elsass-Lothringen ». « Amsel Stross » est donc la version alsacienne de rue des Merles.

  • Théâtre (passage du) / Theaterdurgang

    Le passage du théâtre dont la traduction « Theaterdurgang » est une des plus belles petites rues de Mulhouse et est caractérisée par sa partie couverte. c`est d`ailleurs sous cette verrière que l`on peut trouver l`une des premières plaques bilingues`

    theatre0

     

     

     

  • Vendredi-saint (impasse du) / Kàrfritigwag

    Fête religieuse chrétienne, la dénomination dialectale est à décomposer entre « Frittig » (vendredi) et «  »Kar », mot celte signifiant « rocher « , qui rappelle le caractère géologique de l`endroit où affleure de nombreuses roches.

  • Passerelle (rue de la ) / Füassgangerbreckla Stross

    Cette rue menait à une passerelle qui enjambait la Doller, d`où son nom. La traduction est littérale en dialecte mulhousien.