• Etourneaux (rue des) / Stàra Stross

    Rue bordée de villas de maître entourées de grands parcs dans la partie supérieure du Reeberg, elle apparait en 1953 et s’inscrit dans un lieu-dit « Vogelsang » qui a peut-être suscité cette appellation, même si le chant des étourneaux (Stàr en alsacien), n’est pas toujours des plus mélodieux.

  • Eté (rue de) / Summer Stross

    Créée en 1885 (à l’époque Mulhouse été allemande), la « Sommerstrasse » conduisait à l’usine de fabrication de toiles peintes Heilmann qu’occupe aujourd’hui le lycée Schweitzer. Elle est bordée d’immeubles d’époque de bonne facture, entre logements ouvriers et « petits bourgeois ». « Summer Stross » est la version alsacienne de « Sommerstrasse ».

  • Belette (rue de la) / Wìsala Stross

    Rue aménagée en 1901 à l’époque allemande de Mulhouse, dans un quartier populaire (Wolf) alors en pleine urbanisation et où l’on trouve plusieurs rues portant des noms d’animaux. « Wìsala » est la traduction littérale en alsacien de « belette », « Wiesel » en Hochdeutsch.

  • Aigle (rue du) / Adlerstross

    Rue datant de 1869, comportant un habitat ouvrier typique du XIXéme siècle. A proximité de la cité ouvrière, son nom a sans doute été lié au fait que dans ce quartier de nombreuses rues portent des noms d`animaux.

  • Prêtres (impasse des) / Pfaffàgàsslà

    A l`entrée de la rue Guillaume Tell, s`élevait une maison dite « zum Pfaffeneck » ou coin des prêtres. Divisée en deux au XVIIIe siècle, le nom resta à la maison formant l`angle de l`impasse des prêtres. Le nom de « Pfaffengässlein » paraît pour la première fois le 21 mars 1571 et s`est maintenu dans le patois local jusqu`à nos jours. Il remonte sans doute aux maisons prébendiales de Saint-Erard et de Notre-Dame qui existaient avant la réforme et dans lequel des ecclésiastiques malades ou âgés trouvaient asile.

  • Pasteur (rue) / àm Bollwark

    La rue Louis Pasteur va de la Porte Jeune à la Porte de Bâle et absorbe en 1956 l`ancienne rue des Clefs. C`est en 1944, après les bombardements, qu`elle prend sa forme définitive. Pasteur est resté toute sa vie, viscéralement attaché à l`Alsace et a refusé toute décoration ou honneur, y compris universitaire venant d`Outre Rhin tant que l`Alsace ne serait revenue à la France.

  • Fonderie (rue de la) / Giessereistross

    C`est aux abords de l`ancienne fonderie de la SACM (Société Alsacienne de Construction Mécanique) que la rue de la fonderie a été créée ces dernières années. Un important projet de rénovation et de modification du bâtiment surnommé « la cathédrale » a conduit à la réalisation de ce nouveau quartier mulhousien.

  • Augustins (passage des) / Altspitaldurgang

    Le passage étroit des Augustins a été percé après 1761 (d’où l’inscription) à travers les jardins de l’ancien hôpital. Il s’appelait primitivement « passage de l’ancien hôpital ». Sa domination de « passage des Augustins » ne date que de 1919 et rappelle l’existence du couvent des ermites de Saint augustin.
    Au Moyen-Age, beaucoup d`ermites s`étaient organisés en congrégation selon les directives spirituelles de Saint Augustin. En 1256, le pape Alexandre IV les réunit sous le nom d`ordre des Ermites de Saint Augustin. L`ordre fut définitivement approuvé lors du concile de Lyon en 1274.
    Le couvent des Augustins fut sécularisé en 1525 et ses biens transmis à la ville après un accord financier avec le dernier prieur.

  • Werkhof (rue du) / Werkhofgass

    Dès le XIVéme siècle, ces lieux étaient occupés par le chantier municipal. Le nom « Werkhof » fait référence jusqu`au milieu du XXéme siècle au siège du corps des sapeurs-pompiers. Le Werkhof fut gendarmerie, prison et caserne des pompiers. Il fut démoli en 1972 lors du transfert de la caserne boulevard de la Marseillaise. C`est actuellement, le complexe commercial de la cour des maréchaux.

  • Branche (rue de la) / Zwig Stross

    Rue créée en 1893 dans les quartiers ouvriers au nord de la ville, sous la dénomination allemande de l’époque de « Zweigstrasse », elle doit ce nom à son caractère de « raccourci » entre la rue Neppert et la rue Buhler. « Zwìg Stross » est la variante en dialecte mulhousien de « Zweigstrasse ».