Etourneaux (rue des) / Stàra Stross

Rue bordée de villas de maître entourées de grands parcs dans la partie supérieure du Reeberg, elle apparait en 1953 et s’inscrit dans un lieu-dit « Vogelsang » qui a peut-être suscité cette appellation, même si le chant des étourneaux (Stàr en alsacien), n’est pas toujours des plus mélodieux.

Eté (rue de) / Summer Stross

Créée en 1885 (à l’époque Mulhouse été allemande), la « Sommerstrasse » conduisait à l’usine de fabrication de toiles peintes Heilmann qu’occupe aujourd’hui le lycée Schweitzer. Elle est bordée d’immeubles d’époque de bonne facture, entre logements ouvriers et « petits bourgeois ». « Summer Stross » est la version alsacienne de « Sommerstrasse ».

Belette (rue de la) / Wìsala Stross

Rue aménagée en 1901 à l’époque allemande de Mulhouse, dans un quartier populaire (Wolf) alors en pleine urbanisation et où l’on trouve plusieurs rues portant des noms d’animaux. « Wìsala » est la traduction littérale en alsacien de « belette », « Wiesel » en Hochdeutsch.

Tilleul (rue du) / Lìndabàuim Stross

Rue d’habitat plutôt bourgeois, créée en 1969, à proximité de l’usine de la Dentsche, son nom originel français fut traduit en allemand en 1882 ( Linden Strasse), « Lìndabàuim Stross » en est la traduction littérale en alsacien.

Verdun (rue de) / Lazarethstross

Cette rue était jouxté par un ancien hôpital militaire prussien, datant d` l`époque allemande de la ville (début du 19ème) et dont la présence est rappelé par le nom dialectal (Lazareth).

Synagogue (rue de la) / Pfrundhüsgass

Elle portait vers 1548 le nom de « rue de l`hospice, Pfrundhausgasse » et avait été détachée de la rue de la Loi qui faisait primitivement la jonction entre la rue de L`Arsenal et la rue des Trois Rois. Au XVIIe siècle paraît le nom de « rue de l`Hôpital, Spitalgasse » qui se rapportait à l`hôpital bordant la rue. Vers la fin du XVIIIe siècle elle est désignée comme « rue du Miroir » et après 1798 comme « rue de l`Hôpital civil ». En 1849 on construit la synagogue sur une partie de l`enclos de l`hôpital qui donna le nom à la rue.

Cotonnière (parc de la) / Baradrackgàrta

Les dialectophones l’auront noté : parc de la Cotonnière n’est nullement la traduction de Baradrackgarta, le nom alsacien de ce jardin mulhousien. Baradrack (traduction littérale : crotte d’ours !), c’est la réglisse. Et c’était aussi le surnom que les habitants du quartier avaient donné à la Cotonnière, et qui par extension, leur était également donné à eux. Pourquoi la réglisse? Parce que, M. Koechlin-Zurbach, patron de cette Cotonnière, avait l’habitude de donner à ses ouvriers une boisson parfumée à la réglisse, pour les stimuler.

Marchandise (rue de la) / Giaterstross

Rue créée en 1926 dans le cadre de l`urbanisation des quartiers industriels du nord de la ville, la dénomination dialectale en est la traduction littérale.

Mercière (rue) / Kromgass

La rue Mercière est située entre la rue du Sauvage et l`hôtel de ville. C`est l`une dès plus anciennes rue de Mulhouse et elle tient son nom des nombreux commerçants qui y tenaient boutiques. A l`origine elle était plus étroite et était barrée à son débouché sur la place de l`hôtel de ville (place de la Réunion). Cette extrémité fut ouverte en 1457 pour laisser un libre accès à la place de l`hôtel de ville, au marché et au cimetière. Lors du choix du nom alsacien un débat eu lieu car deux noms furent proposés: Kramgasse ou Kromgasse.

Saint Jean (rue) / Johannesgàss

Dès le XVe siècle, une ruelle privée, bordée de murs, traversait la propriété de l`enclos des chevaliers de Saint-Jean, domaine appelé “Johanniterhof”. L`entrée de cette ruelle et sa sortie étaient toujours ouvertes pour permettre le passage aux habitants. Après 1800, la rue fût élargie et nommée “rue Saint-Jean” en souvenir de l`enclos des chevaliers.